BIENVENUE

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art,
les traditions, la qualité de vie et aux produits français fins et/ou bio. ...

Cordialement

Dominique Goudot Hamon

Bonjour ! Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Bonjour !  Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Moteur de Recherche dogham Google

ANNUAIRE PARTULIERS MOBILES

toolbar powered by Conduit
Loading...
"Ignorance est mère de tous les maux." -
François Rabelais

NEW CLASSICAL

L’œil de Google ausculte les plus beaux tableaux des grands musées

A Collection of Greek and Roman sculptures

lundi 2 janvier 2012


Publié le 01 janvier 2012 à 06h00 | Mis à jour le 01 janvier 2012 à 06h00
2011

L'année culturelle en revue

Le country a marqué l'année culturelle 2011.Les chansons... (Le Quotidien, Rocket Lavoie)
Le country a marqué l'année culturelle 2011.Les chansons de Johnny Cash ont notamment été reprises avec succès lors d'un spectacle présenté au Théâtre du Palais municipal de La Baie.
LE QUOTIDIEN, ROCKET LAVOIE
Click to attribute
Daniel Côté
Le Quotidien
(Chicoutimi) L'année culturelle, c'est aussi des tendances, des phénomènes plus ou moins passagers qui témoignent du caractère mouvant, parfois capricieux, du rapport entre l'art et ceux qui s'en nourrissent. Même à l'échelle de notre région, on remarque l'émergence de certaines pratiques, de changements qu'il convient de relever, juste pour le plaisir. Voici trois cas, mais la liste est loin d'être exhaustive.
Sous l'empire du country
Pas moyen d'y échapper, ni dans les grandes salles, ni dans les lieux intimistes. En 2011, la vague qui portait le country s'est muée en tsunami. Pensez à Guylaine Tanguay et Roch Voisine qui ont rempli le Théâtre Palace d'Arvida dans les premiers mois de l'année, ou encore à la troupe QuébecIssime et son spectacle thématique lancé au cours de l'été.
À chaque fois qu'on explore ce créneau, ou presque, le public répond présent avec une régularité que la nostalgie n'explique pas entièrement. À l'origine, en effet, le country, fut la musique des Blancs d'Amérique, leur blues à eux. Porté par des textes simples et efficaces, proches d'un quotidien rarement glorieux, le country console les laissés-pour-compte, qui sont nombreux ces temps-ci.
Cela n'empêche pas certains de ses héros d'être plus grands que nature, comme Johnny Cash dont les chansons ont été reprises avec succès lors d'un spectacle présenté au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Il reviendra en 2012 et ceux qui ne l'ont pas vu devraient y songer sérieusement. Ça vaut bien des humoristes.
Le réveil du centre-ville
La disparition prématurée de L'Opéra avait créé un vide au centre-ville de Chicoutimi. Pendant de longs mois, ce secteur a traversé une disette en matière de spectacles. Les artistes professionnels, tout comme ceux de la région qui ne peuvent occuper une grande salle, avaient perdu une option attrayante pour laquelle les bars ne pouvaient compenser.
Le problème est enfin résolu et deux fois plutôt qu'une, grâce à l'émergence du Bar à Pitons, niché dans l'ancienne maison Price, ainsi que du Sous-Bois, le jumeau souterrain du Café Cambio. Les deux ont monté des programmations généreuses, y compris pendant les Fêtes. Comme la Boîte à Bleuets à Alma et le Café-Théâtre Côté-Cour à Jonquière, de même que le Vox Populi à Dolbeau-Mistassini, ces établissements confirment le cliché voulant que c'est dans les petits pots qu'on trouve les meilleurs onguents.
(La suite dans la version papier du Progrès-Dimanche)
Partager

publicité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire