BIENVENUE

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art,
les traditions, la qualité de vie et aux produits français fins et/ou bio. ...

Cordialement

Dominique Goudot Hamon

Bonjour ! Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Bonjour !  Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Moteur de Recherche dogham Google

ANNUAIRE PARTULIERS MOBILES

toolbar powered by Conduit
Loading...
"Ignorance est mère de tous les maux." -
François Rabelais

NEW CLASSICAL

L’œil de Google ausculte les plus beaux tableaux des grands musées

A Collection of Greek and Roman sculptures

dimanche 25 mars 2012


10/03/2012

Commentaires

Excellent! je suis ravi de vos commentaire et de cet enthousiasme. Oui! Robert Combas est un très grand artiste.
Vous me donnez envie d'allez voir l'Expo !!
et aussi il me vient que :
Combas est un pauvre peintre (comme moi) qui a reussi (pas comme moi).
Pour faire du Combas il faut mettre l'atelier dans sa peinture, quelque chose Comme ca :
""""
et que cela n'est pas tout a fait..."l'oeuvre de Combas" une liberation totale de la peinture
par rapport aux bien propret des installations d'art parisienne, Il reste bien malgre lui
prisonnier du systeme qui l'a produit. dont-il me semble en vous lisant (mais là je devrais allez voir l'expo avant de parler)
qu'il a les plus grandes difficultés a en sortir.
Ce qui n'est pas le cas par exemple
(excusez moi mon multimediatisme ) de Boulez (tres rock punk) qui lui a une production
qui transcende ses origines socio-culturelles.
-----------------
Pierrot est d'origine assez modeste. Son père était tailleur, même s'il revenait de temps en temps. Sa mère était saisonnière,
son travail était d'amputer les prisonniers allemands en temps de guerre. On peut supposer qu'ils ne mangeaient pas tous les jours.
C'est donc dans un environnement très prompt à l'élévation intellectuelle que le petit Pierre (sa croissance fût assez tardive)
commence ses études. C'était un enfant rebelle, comme vous auriez pu vous en douter. Il a de ce fait très mal supporté l'école,
les rares fois où il y est allé, mais ses résultats furent assez exceptionnels, et témoignaient d'une vivacité d'esprit déjà hors du commun.
Après avoir obtenu son bac dans une pochette surprise, le petit Pierrot entre en fac de maths. Il est bien évidemment obligé de s'assoir
au premier rang pour pouvoir suivre. Son professeur voyait en lui l'avenir de la recherche scientifique, mais il n'avait pas assez de barbe
pour rentrer au CNRS. Au lieu de devenir chercheur en maths, il se contenta donc d'un poste de chercheur à l'ANPE, moins gratifiant
certes, mais moins éprouvant également.
http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Pierre_Boulez
Je ne connais pas les derniers travaux de Combas. Mais ces années 80, c'était un beau bordel. La peinture était indissociable de la musique. Dans les fêtes, nombreuses et sauvages, on peignait en live pendant les concerts. Africa Bambaata avait lancé la nation Zulu et le rap d'alors fricotait plus avec le graff ou la politique qu'avec les caisses allemandes ou les vestiares Vuitton. Pour les critiques, toutes les vagues étaient nouvelles. Le nom de Combas était collé à une dizaine d'autres, plus ou moins héritiers des gens de Bazooka. Punks ou anciens Punks croisaient rappeurs et pionniers de la world. La figuration libre l'était autant que tout ce chaos festif. On baisait encore sans préservatifs...
Bonjour,
D'un côté, votre enthousiasme fait plaisir à lire, d'un autre, vous ne pouviez mieux résumer qu'avec ces deux formules:
«Trois étages de débordements picturaux»
«un artiste qui pisse de la peinture»
Sans nier quelques qualités, je ne peux m'empêcher de trouver à toute cette production un manque d'auto-critique, de réflexion, de temps d'arrêt. Tant que ça se vend, tant qu'on a l'ivresse, on barbouille, on «pisse», il en sortira toujours quelque chose. Quant à sa culture, j'ai l'impression de voir la «culture» jetée en vrac dans une moulinette, et que le hachis qui en ressort, il le recueille dans de grandes bassines et va le tartiner à la truelle sur toutes les surfaces. À cinquante ans passés, il serait temps de passer à autre chose; mais comme vous l'écrivez, il a besoin de retour. Pourquoi changer s'il y a un public pour ça ?
Post très intéressant. Une photo illustrative d'un des aspects de son oeuvre, comme vous l'avez fait pour Anna Molinari (il ya a fort longtemps), aurait été la bienvenue.
Cordialement.
Correction: je voulais faire référence à
Anita Molinero, post du 10/04/11
en suivant se lien vous trouverez une visite virtuel
http://www.mac-lyon.com/mac/sections/fr/expositions/2012/robert_combas/visite_virtuelle
ou sinon le site de Robert Combas :
http://combas.com/
à lire dans Beaux-arts Magasine de Février: "pour ou contre" la rétrospective Combas à Lyon avec Bernard Marcadé d'un coté et Pierre Sterckx de l'autre (et même si l'accroche est stupide, a-t'on toujours besoin d'être "pour" ou "contre" d'un point de vue esthétique, c'est très scolaire et c'est intellectuellement tendance d'être positionné et péremptoire...passons). Leurs deux propos sont intéressant, Marcadé s'enthousiasmant pour la vie débordante, le brindzinge, le foisonnement de cette peinture et Sterckx mettant en question la qualité proprement picturale de la peinture de Combas. Et là, je suis d'accord avec lui, même si son travail est prodigieusement vif et pêchu, du point de vue de l'espace peint, de la couleur, c'est mauvais disons que ça ne se joue pas là, c'est plat, plus proche de l'illustration et ce n'est pas péjoratif, j'ai du respect pour ce genre, mais nous ne sommes plus dans la peinture. Comme dit dans un précédent commentaire il manque sûrement de "temps d'arrêt" dans ce travail. Peinture et temps d'ailleurs...on touche là la matière même de ce médium de ses définitions de ce qu'elle est, et c'est ici que c'est passionnant.
"La fabuleuse culture d'un artiste inculte". Mouais, mouais, mouais... Un peu jésuite, non ?
@ Olive
Ces "temps d'arrêt" s'appellent des "silences". Voir ce qu'a écrit JB Pontalis à ce sujet.
Pardon d'y revenir "hors-sujet", mais on appelle de ses voeux la deuxième chronique de la débâcle : celle de Hollande, qui se confirme, hélas. (Le croisement des courbes est le prétexte de la propagande bien réelle.) L'ère populiste-libérale, référendaire en apparence, va commencer. L'art notamment y vivra pleinement
la "guerre au nerf optique"...
Je vois souvent les hors sujets moi aussi , mais souvent je ne sais pas par quel magie ils ne le sont pas du tout :
quel rapport avec Combas ?
Incroyable, Geronimo jr inaugurera la 94e Foire de Lyon le vendredi 16 mars prochain et y sera présent tout le premier week-end !
http://www.lyon-saveurs.fr/?p=22430

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire