BIENVENUE

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art,
les traditions, la qualité de vie et aux produits français fins et/ou bio. ...

Cordialement

Dominique Goudot Hamon

Bonjour ! Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Bonjour !  Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Moteur de Recherche dogham Google

ANNUAIRE PARTULIERS MOBILES

toolbar powered by Conduit
Loading...
"Ignorance est mère de tous les maux." -
François Rabelais

NEW CLASSICAL

L’œil de Google ausculte les plus beaux tableaux des grands musées

A Collection of Greek and Roman sculptures

jeudi 14 octobre 2010

Fondation Cartier

LA METAMORPHOSE DE MOEBIUS

Partager  Partager sur Google Partager sur MySpace Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Wikio Partager sur Viadeo Partager sur Yahoo Buzz 

Jean Giraud, auteur de la BD Blueberry, a aussi un autre visage, bien différent de celui que pourrait laisser penser les aventures de son célèbre lieutenant. Depuis l'adoption d'un pseudo en 1962, il est aussi Moebius, un auteur qui révolutionna le genre. Sous le signe du double et de la métamorphose, la Fondation Cartier lui consacre une vaste exposition, « Moebius Transe Forme ». A voir jusqu'au 13 mars 2011.

Ce n'est pas la première fois que Moebius est invité à la Fondation Cartier. En 1999, à l'occasion de l'exposition collective '1 monde réel' qui explorait les rapports entre réalité, fiction et science-fiction, le dessinateur avait déjà présenté quelques carnets de croquis et, surtout, créé un genre de 'happening' artistique inédit : il avait organisé une discussion en direct avec l'astronaute Jean-Pierre Haigneré depuis la station Mir. Voilà qui pose le personnage, ou, du moins, l'une des facettes de cet auteur à la double identité : Moebius, auteur de SF, a la tête dans les étoiles, tandis que Jean Giraud a les pieds dans le Far West, cowboy sillonnant les étendues désertiques avec son lieutenant Blueberry.

C'est cette dualité, ce passage constant d'un monde à un autre, (puisque que Moebius comme Jean Giraud n'ont jamais cessé de créer parallèlement leurs œuvres dans des styles bien différents), qu'explore l'exposition 'Moebius Transe Forme'. On y (re)découvre les principaux personnages créés par l'auteur, de Blueberry en 1962 à Arzach en 1975, en passant par John Difool de la série L'Incal en 1980…, à travers la présentation de nombreuses planches originales. L'exposition s'attarde aussi sur le thème de la métamorphose dans l'œuvre de l'artiste.

C'est sans doute cette partie qui révèle toute la richesse de cet auteur. Dessins et carnets de croquis inédits dévoilent d'invraisemblables bestiaires et personnages incongrus (La Faune de Mars, 2006-2008), des planches originales de l'Eclosion, une séquence de dessins dans laquelle un homme se transforme en un magma informe (publiées dans Le Bandard Fou)… Tous contribuent à montrer l'intérêt de Moebius pour l'expérimentation graphique à la manière des surréalistes. Des peintures, des aquarelles et des croquis rappellent qu'il a également beaucoup collaboré avec le cinéma : Le 5e élément (personnage de la Diva), Alien, Le huitième passager (les costumes), Abyss (créatures sous-marines).

Enfin, la Fondation Cartier a, comme à son habitude, commandé un certain nombre de créations originales pour cette exposition. Les amateurs de Moebius pourront donc y découvrir, en avant-première, le tout premier film d'animation 3D de Moebius (La Planète encore), inspirée d'une histoire courte du Monde d'Edena, ainsi qu'un documentaire inédit sur l'artiste réalisé par Damian Petitgrew. A noter aussi que l'exposition se transformera courant janvier, en proposant un renouvellement de dessins et œuvres. Une manière, en quelque sorte, de rester fidèle au thème de la métamorphose selon Moebius.


Clarisse Bouillet

Fondation Cartier Faire découvrir cet article à un ami

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire