BIENVENUE

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art,
les traditions, la qualité de vie et aux produits français fins et/ou bio. ...

Cordialement

Dominique Goudot Hamon

Bonjour ! Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Bonjour !  Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Moteur de Recherche dogham Google

ANNUAIRE PARTULIERS MOBILES

toolbar powered by Conduit
Loading...
"Ignorance est mère de tous les maux." -
François Rabelais

NEW CLASSICAL

L’œil de Google ausculte les plus beaux tableaux des grands musées

A Collection of Greek and Roman sculptures

lundi 28 février 2011

La fête de l'ours

La fête de l'ours

de Jordi Soler

[Littérature étrangère XXIe]
COMMANDEZ AVEC -5% SUR

Editeur : Belfond
Publication : 27/1/2011


Partager Partager sur Google Partager sur MySpace Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Wikio Partager sur Viadeo Partager sur Yahoo Buzz
Conseillez le livre "La fête de l'ours" à un ami

Résumé du livre
Lors d'une conférence, Jordi Soler rencontre une femme étrange qui lui remet une photo et une lettre.
Sur la photo, trois soldats républicains parmi lesquels Arcadi, le grand-père du narrateur, et Oriol, son frère.
Dans la lettre, une incroyable révélation. Oriol, qu'Arcadi avait dû abandonner blessé en 1939, et que tout le monde croyait mort ou reconverti en pianiste quelque part en Amérique latine, Oriol aurait vécu le reste de sa vie, là, près d'Argelès-sur Mer.

Bouleversé, Jordi Soler va découvrir la face cachée de celui que la légende familiale avait érigé en héros...
La critique [evene]
La note evene : 4/5La note evene : 4/5 par Hubert Artus
S’il est un auteur pour qui littérature et devoir de mémoire sont intimement liés, c’est bien Jordi Soler. Ainsi, après le destin de son grand-père Arcadi, réfugié républicain dans la forêt de Veracruz (‘Les Exilés de la mémoire’, 2007), après la vie des Espagnols déracinés au Mexique (‘La Dernière Heure du dernier jour’, 2008), Jordi Soler achève sa trilogie familiale avec ‘La Fête de l’ours’. Comme toujours chez l’auteur, le livre débute par une scène forte (une bombe qui explose sous le lit d’Oriol, le grand-oncle ; nous sommes en Catalogne durant la guerre civile espagnole), et se poursuit par une révélation : en 2007, invité à parler de ses livre à Argelès-sur-Mer, à l'endroit même où son grand-père Arcadi fut prisonnier, le vrai Soler se voit approché par une vielle dame. Qui lui tend une photo : Oriol. Qui, contrairement à la légende rapportée par Arcadi lui-même (lire les livres précédents), n’est pas mort à la frontière française, en tentant d'échapper aux franquistes, mais après la guerre et après une vie un peu moins honorable que l’histoire familiale ne l’avait laissé croire. Par la magie d’un texte dense et de phrases échevelées, le livre devient rapidement quête familiale, livre de souvenirs, et conte ensorcelé. Soler fait s’entrechoquer l’histoire de sa famille et celle de son imaginaire, pouvant ainsi poser son regard sur ces fondatrices cimes pyrénéennes, et s’immiscer dans sa nature et dans ses mythes, où à chaque fois l’ours plante ses griffes…
Voir toutes les critiques

http://www.evene.fr/livres/livre/jordi-soler-la-fete-de-l-ours-44192.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire