BIENVENUE

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art,
les traditions, la qualité de vie et aux produits français fins et/ou bio. ...

Cordialement

Dominique Goudot Hamon

Bonjour ! Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Bonjour !  Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Moteur de Recherche dogham Google

ANNUAIRE PARTULIERS MOBILES

toolbar powered by Conduit
Loading...
"Ignorance est mère de tous les maux." -
François Rabelais

NEW CLASSICAL

L’œil de Google ausculte les plus beaux tableaux des grands musées

A Collection of Greek and Roman sculptures

samedi 24 septembre 2011

Andy Warhol: Deux expositions inédites


23 septembre 2011

Warhol honoré à Washington

Deux expositions inédites de l'artiste pop ont lieu simultanément dans la capitale américaine.
Un portrait d'Andy Warhol par Timm Rautert. - REUTERS
  • Réduire la taille du texte
  • Taille du texte par défaut
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
Le pape du pop art, tient la vedette cet automne à Washington avec deux expositions inédites, l’une sur son obsession des médias et les gros titres, qui ira ensuite en Europe, et la seconde sur une oeuvre unique en 102 parties, jamais exposée. Regroupées sous le titre de Warhol on the Mall, les expositions présentent à partir du 25 septembre Warhol : Headlines(jusqu’au 2 janvier) à la National Gallery of Art et Andy Warhol : Shadows, au musée des sculptures Hirshhorn (jusqu’au 15 janvier).
Headlines (Titres) explore pour la première fois dans une exposition sur ce seul thème, l’obsession, qu’avait le peintre américain (1928-1987), célèbre pour ses séries et ses portraits de stars, pour les Unes et leur côté sensationnel. Quelque 80 pièces, peintures, photographies, films, dont 40% jamais exposés, montrent cet appétit insatiable du peintre qui s’empare dans les années 1960 de thèmes comme des accidents d’avion, l’assassinat du président Kennedy ou les amours tumultueuses de l’actrice Elizabeth Taylor. La première oeuvre en 1962, A Boy For Meg(Un garçon pour Meg) reproduit à l’huile, en grand format, une Une annonçant l’accouchement de la princesse britannique Margaret. Il reprend l’oeuvre plusieurs fois, jusqu’à enlever toute trace de la main de l’artiste, pour en faire un objet de série.

Une oeuvre unique en 102 parties

Le spectaculaire Flash - Novembre 22, 1963, réalisé en 1968, présente sur tout un mur un ensemble de dépêches d’agence relatant, minute après minute, l’assassinat de John F. Kennedy, mêlées à des photographies et des collages. Andy Warhol entend«attirer notre attention sur le fait que les médias nourrissent notre appétit insatiable pour les informations», indique la commissaire de l’exposition, Molly Donovan, ajoutant que Warhol«lui-même était insatiable»«Nous sommes à la fois consommateur et sujet des informations. Warhol veut nous montrer que nous en sommes responsables, que leur contenu est largement déterminé par notre consommation», dit-elle.
La mort de deux jeunes femmes de botulisme (maladie paralysante) ou le séisme de Naples en 1980 inspirent à l’artiste collages, sérigraphies, reproductions en série. «L’information n’est jamais tout à fait exacte. Il fait des choix, éditorialise, insiste sur les mots les plus provocants», indique Donovan.Headlines ira ensuite au musée d’art moderne de Francfort (11 février - 13 mai 2012), à la galerie d’art moderne de Rome (11 juin - 9 septembre) puis à Pittsburgh (14 octobre - 6 janvier 2013). Le musée Hirshhorn présente pour sa part Shadows(Ombres), une oeuvre que Warhol estimait être une peinture unique, de 150 mètres de long, qui n’a jamais été présentée dans son intégralité. Elle juxtapose 102 panneaux, sérigraphies ou acryliques, déclinant en rose, gris ou bleu, deux «ombres» prises en photo dans l’atelier de l’artiste.
(Source AFP)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire