BIENVENUE

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art,
les traditions, la qualité de vie et aux produits français fins et/ou bio. ...

Cordialement

Dominique Goudot Hamon

Bonjour ! Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Bonjour !  Je vous souhaite la bienvenue dans un univers consacré à l'art, les traditions, la quali

Moteur de Recherche dogham Google

ANNUAIRE PARTULIERS MOBILES

toolbar powered by Conduit
Loading...
"Ignorance est mère de tous les maux." -
François Rabelais

NEW CLASSICAL

L’œil de Google ausculte les plus beaux tableaux des grands musées

A Collection of Greek and Roman sculptures

mardi 2 août 2011

Festival d'art de Watou : petit guide à l'usage des Français curieux


  • Festival d'art de Watou : petit guide à l'usage des Français curieux

    dimanche 31.07.2011, 05:11 - La Voix du Nord
     Dessins, sculptures, vidéos: le festival présente de nombreuses oeuvres. La plupart sont accessibles aux non-néerlandophones. Dessins, sculptures, vidéos: le festival présente de nombreuses oeuvres. La plupart sont accessibles aux non-néerlandophones.

    |  ON EN PARLE |

    De l'art à deux pas de la frontière. Le festival de Watou (B), près de Steenvoorde, bat son plein. Pourquoi ne pas vous laisser tenter ? Voici tout ce qu'il faut savoir pour profiter au mieux des oeuvres exposées.

    PAR AURÉLIE CONSTANT
    hazebrouck@lavoixdunord.fr
    1 Douviehuis : le point de départ Le passage obligé avant de profiter du festival est Douviehuis. Une pancarte « W1 » signale cette maison située sur la Grand-place.
    C'est là que les visiteurs peuvent se procurer un billet pour visiter les expositions (10 E), un plan et un dépliant. Si vous venez en voiture, le plus simple est de se garer sur la Grand-place. À noter, le billet d'entrée donne droit à une réduction de 2 E pour visiter le musée du houblon de Poperinge.
    2 Dix lieux d'exposition Le festival donne l'occasion de visiter dix lieux insolites. Certains, comme la mairie ou l'église, accueillent régulièrement du public. La « maison bleue », elle, est habitée. Elle n'ouvre ses portes que pendant le festival. Une étable, un ancien monastère, un vieux pub ou la cave d'une brasserie abritent aussi des oeuvres.
    3 Et la langue, alors ?
    De nombreuses disciplines artistiques sont représentées : poésie, arts plastiques, dessin, vidéo... Une partie des oeuvres est en néerlandais et sera difficilement accessible à un public francophone. Mais certaines sont en français, en anglais et même en espagnol. Sans compter que sculptures, peintures, dessins... présentent l'avantage d'être universels. Ne pas parler le néerlandais ne constitue pas un obstacle pour profiter du festival, d'autant que, sur chaque site, les guides connaissent le français.
    4 En famille ?
    Peut-on emmener des enfants ? Oui. Les organisateurs ont prévu de petites mallettes dédiées aux 6-10 ans et aux 10-14 ans pour leur faire découvrir les oeuvres. Reste qu'il faut être prêt à aborder avec eux des thèmes comme la mort, l'injustice ou la guerre.
    5 On voit quoi ?
    Difficile de résumer ce qu'on peut voir au festival tant l'offre est riche. Les nombreuses oeuvres abordent des thèmes variés comme la mort, l'amour, le souvenir mais aussi des sujets de société. Certaines suscitent des interrogations, d'autres dérangent comme les sculptures d'Anno Dijkstra, ou font rire comme les cartes postales de Sara Bomans. •
    Jusqu'au 11 septembre, mercredi, jeudi et vendredi, de 14 h à 19 h, samedi et dimanche, de 11 h à 19 h. Informations sur http://www.fracnpdc.fr.
    Partager : S'abonner :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire